Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le bordel #274

par PA Gillet 8 Janvier 2016, 00:00 Le Bordel du Vendredi

... Enfin ! Oui, enfin, nous sommes en 2016 et à la lueur des premiers événements de l'année, on peut penser que le bordel n'est pas près de s'arrêter de sitôt. Et à la limite, tant mieux car vous trouverez toujours ici un havre de paix, un lieu de perdition certes mais de la bonne avec des idées eud' partout, du sourire le plus souvent possible et plein d'autres choses à découvrir pas seulement le vendredi. Car chères et chers bordélistes du vendredi, ce blog est ouvert à peu près tous les jours et hormis le bordel, il y a souvent plein d'autres choses à découvrir. Mais sans tarder, plongeons dans ce bordel composé d'images vues ça et là dans la semaine, remisées par devers moi et reversés ici dans un ordre plutôt bordélique mais pas tout à fait non plus. Et en ce début d'année, saluons ce graphiste/designer/artiste londonien qui s'amuse avec les signalisations habituelles du métro pour foutre un peu le bordel sur la ligne à sa manière à lui. Mais voyez plutôt (non, toujours pas l'ami de Mickey, ce qui est ci-dessous). 

C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274

Poursuivons sans plus attendre vers ce panier totalement inutile sauf pour secouer les nouilles éventuellement, une poussete méga-super chouette et un déjeuner à emporter puis un cadeau de Noël super tentant mais qui laisse sur sa fin. Ou pas (oumpah donc oumpapah). 

C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274

Bravo à Tim Uppal, nouveau ministre canadien du multiculturalisme (alors que nous on a eu le ministère de l'identité nationale) pour ce premier grand éclat de rire de 2016. S'il ne faisait pas aussi froid au Canada, j'irai bien y vivre tant la politique semble prendre un tournant différent là-bas avec l'excellent Justin Trudeau et son gouvernement issue de la société civile.

C'est vendredi, c'est le bordel #274

Levons le coude pour saluer cette année en devenir qui ne pourra qu'être forcément meilleure que la précédente, ouvrons grand les yeux car Oh Lord, Alleluya, Jesus est de retour et il est prêt à faire des miracles au téléphone (photo non contractuelle) ou si vous voulez customiser votre van d'une force (obscure) ou devenir chauffeur Uber. Oui, avec Jesus, tout devient possible, comme avec Nicolas Sarkozy mais en moins fourbe et en plus poilu. Mais l'un ou l'autre, vous n'êtes pas forcé de les croire non plus.

C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274

Ajoutons trois Robert Johnson officiels et un officieux dont la provenance semble douteuse, une touche de Kiss sylvestre qui s'est transformée finalement en barbu amateur de banjo et une touche Specials pour conclure au niveau de la conclusion récente et définitive de la vie de John Bradbury, leur batteur.

C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274

Allons nous désaltérer dans un bar de Pigalle (photo d'Emile Savitry à Paris en 1938), un très jeune Stanley Bert Eisen bien avant qu'il devienne un enfant de l'étoile, quelques surréalistes de dos dont Dali, Gala, Eluard et un Père Noël sans barbe, sans hotte mais néanmoins hot malgré tout. Et merci d'emprunter l'escalier sachant que la concierge n'y est pas et que donc, bon, voilà.

C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274

... Passons de ce pas à Jasmina Ana, délicieuse algérienne de son état, bombe sans danger. Quoique. Et dans quoique, il y a quoi. Encore que.

C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274

Rajoutons un peu d'Hedwig Eva Maria Kiesler plus connue sous le nom d'Hedy Lamarr pour avoir du wifi (voir ici si vous ne comprenez pas pourquoi apreslapub.fr/le-saviez-vous), une donzelle myope ou presbyte ou les deux ce qui serait encore mieux, une autre avec un problème de chandail lavé à 60° alors que, malheureuse, c'était à 30°, une autre à chapeau, une Claudia car je fais encore et toujours ce que je veux ici vu que c'est mon blog autant en 2016 qu'en 2015 et si ça ne vous plaît pas, z'avez qu'à aller vous mettre des glaçons sur les tempes pour vous rafraîchir un peu le cerveau. Chut, c'est une super technique et tout le monde ne connaît pas le secret des tempes liées.

C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274

Et si ça ne vous plaît toujours pas, voyez avec elle plus bas.

C'est vendredi, c'est le bordel #274

Et si ça ne vous plaît encore pas, voyez avec lui aussi toujours  plus bas.

C'est vendredi, c'est le bordel #274

Et si ça ne vous plaît vraiment pas, rogntudjiou, on se demande bien ce que vous foutez sur Après La Pub (que vous pouvez suivre sur Facebook ici facebook.com/apreslapub et sur Twitter eud' par là twitter.com/ApresLaPub).

C'est vendredi, c'est le bordel #274

Première moisson de gifs de l'année. Ils sont au nombre de douze comme les mois mais vous pouvez aussi tous les utiliser dès maintenant vu que l'année est longue et qu'il y en aura d'autres. Probalement. Peut-être. Si je veux. Si vous n'êtes pas gentilles et gentils.

C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274

Vite, passons à un peu d'art pour bien commencer l'année avec une magnifique série de stations service de Tim Hölscher et un soupçon d'Ellsworth Kelly avec cette étude de 1951, année pas franchement érotique du tout mais après, on ne sait jamais tout et ce sublime tableau de František Kupka de 1935, année peut-être érotique, peut-être pas, on sait, on sait pas.

C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274

Et il est temps de passer aux premiers Messages à Caractères Informatifs de la semaine de 2016 qui sont à prendre comme en 2015, avec des pincettes, à la hussarde ou tout à fait comme vous voulez du moment que vous citez ce blog, sauf si vous oubliez auquel cas c'est pas bien grave.

C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274
C'est vendredi, c'est le bordel #274

Et c'est tout pour ce premier bordel de l'année mais si vous ne voulez en manquer aucun des suivants, n'hésitez pas à vous abonner à ce blog (une très bonne résolution) et à partager ce bordel avec tous vos amis et toutes vos amies en utilisant les boutons ci-en bas sous l'article et ci-tout en haut dans la barre noire sous forme de pictos pour en remplir Facebook, Twitter (hashtag officiel #BordelDuVendredi), Google+, Linkedin et même que vous pouvez aussi le Pinterester alors c'est vous dire. Bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine sauf si je n'ai pas envie.

C'est vendredi, c'est le bordel #274

Trois petits articles en ce début d'année que vous avez loupé si vous n'êtes pas encore abonné(e) : une jolie histoire avec de belles couleurs a-nice-story, un coup de gueule nécro mais logique je-hais-pierre-boulez et un anniversaire à ne pas oublier je-suis-un-an-apres et là, laissez tomber, ne grattez plus, c'est fini.

commentaires

Den 08/01/2016 14:40

Bonne année au Blog PA et merci pour Kupka -

mirabelle 08/01/2016 13:29

j'ai beaucoup aimé le secret des tempes liées, et l'autocollant "adults on board"...
Très bonne année et longue vie au Bordel du Vendredi
(de mon côté, rien n'assure que 2016 sera moins moche que 2015, je veux dire je ne compte pas là dessus...)

Haut de page