Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le Bordel #398

... Alors c'est-à-dire que la semaine fut bien remplie et que, de fait, le Bordel du jour est à la bourre. Cent et quelques images de qualité, ça ne se trouve pas sous le sabot d'un cheval et puis, les équidés, de là où je vous écris, c'est pas évident à trouver non plus. Alors leurs sabots... enfin bref, le Bordel du Vendredi est bel et bien là et ce n'est pas ce petit délai de rien du tout qui vous empêchera de le partager avec tous vos amis en espérant qu'il vous plaise. Alors ne tardons pas et débutons avec mon coup de cœur de la semaine sur les grands internets : les gravures extraordinaires de William Walcot (1874-1943) qui avait, disons-le, c'est dit, un sacré coup de poinçon, comme sa copine Mimi. Pour en voir beaucoup plus sur ses œuvres (pas Mimi, Willie), vous pouvez tenter le Castorama de Brive-la-Gaillarde mais le mieux, c'est quand même par ici : C'est quoi la cote à Walcot ?.

C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Une infographie achtement intéressante si elle est véridique : l'espace nécéssaire pour fournir en énergie le monde (grand carré), l'Europe (moyen carré) et l'Allemagne (on s'en fout, salaud d'Harald Schumacher), quelques moyens de transport surannés et néanmoins parisiens, des dés désarticulés pour un Yam sous le figuier et un nécéssaire à jus car c'est important d'avoir du jus comme il faut garder la patate mais ceci est un tout autre sujet que nous n'aborderons pas aujourd'hui car on est à la bourre, toute l'équipe technique Tamoul suffoquant au fond de la cave et moi-même à poil sous le ventilo, sirotant un Dawa (ici La recette du Dawa) d'une main et tapotant ce texte de l'index, du majeur et parfois du pouce de l'autre main (non, vous n'aurez pas de sexpic, n'insistez pas sauf si vous avez un million d'euros à perdre auquel cas, laissez-moi réfléchir et je reviens vers vous).

C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Fait chaud, non ? Et encore, vous n'avez pas lu le poème du jeudi d'hier Jeudi Poésie muy caliente Arriba Muchacho Muchacha. En attendant, détendez-vous tranquillement à l'ombre de cette délicieuse véranda méditerranéenne bien 70's le temps de reposer vos pieds endoloris et on y retourne quand vous voulez.

C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Tristesse. Alf, de son vrai nom Gordon Shumway, fils de Bob et Flo Shumway a perdu une deuxième fois son papa (après toute sa famille sur Melmac il y a fort longtemps à la suite d'un holocauste nucléaire). L'avantage, c'est que Willie Tanner n'étant désormais plus là, il va enfin pouvoir bouffer le chat.

C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Mais passons tout de suite aux biscottos maousse costo (©Dominique Cozette) de Peters Sellers avec la délicieuse Britt Ekland, un Clint sans clim (d'où le tombage de chemise) et Dizzie Gillespie jouant au tennis en slip tout en fumant le cigare afin de vous rappeler qu'ici, c'est le Bordel, seul endroit où vous pouvez trouver ce genre de choses totalement inutiles donc rigoureusement indispensables.

C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Alors là, j'avais envie de vous mettre quelques extraits de la Chose d'un autre monde qui n'est ni Agnès Cerighelli, ni Christine Boutin, ni Nadine Morano. Quoique. Dans le doute, je mets l'équipe technique sur le coup et je reviens vers vous.

C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Passons si vous le voulez bien et si vous ne voulez pas, c'est le même tarif à cette splendide page de juillet du calendrier de de l'année 1896 par Theodoor Willem Nieuwenhuis, à cette Ève déjà levée par le fabuleux Charles Burns, cette vue de Hillsborough qui résume à elle seule la passion centenaire du foot chez nos amis grand-britons et autant  il est temps que Chipper arrête de chiper, autant ce chopper donne sacrément envie de choper.

C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Un Duchamp à bicyleeeeeette (en 1963 par Julian Wasser), une fille qui faisait un carton en 1921 (Myriam Miller, the blue law girl), trois ombres habitées de bons sentiments par Toni Antoinette Frissell en 1944 et Joey et Lemmy qui passaient par là et qui vous saluent. Ou pas. Ça dépend un peu de leur humeur et de leur degré d'alcoolémie.

C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Et puis si ça ne vous plaît pas, voyez ça avec Paulie, Apollo, Mickey, Rocky et Adriaaaaaaaaaaaaaaan !!!

C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Une très belle vue sur la Waimakariri River qui s'écoule sur 154 kilomètres à travers l'île du Sud de la Nouvelle- Zélande, des Alpes du Sud jusqu'à la mer, une jolie vue sur Wilhelmina Cooper, Sharon Tate, Josephine Attominoff et Jean Shrimpton en 1967 et une question fondamentale que j'aurais dû vous poser depuis fort longtemps : Et mon blog, tu l'aimes mon blog ?

C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Allez, deuxième pause syndicale car il reste encore du chemin dans ce bordel et ce serait dommage de flancher. Alors au choix, bucolisme et alcoolisme.

C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Ou design artistic-trendy world truc machin qu'on retrouve un peu partout sur la planète dans cette grande uniformisation d'un goût, d'une pensée et d'une société unique. À cet égard, je vous invite à lire le dernier Bret Easton Ellis, "White", un décodage extraordinaire de notre époque et de notre jeune génération qu'il appelle "la Génération dégonflée". Oui, ça promet.

C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Quoi, mesdames ? Que se passe-t-il ? Une revendication ? Il est temps de ? De passer aux donzelles de la semaine ? Mais certes, bien sûr, à votre disposition. Ce que femme désire, femme obtient toujours sauf si on prend son mal en patience car comme disait Jean Anouilh : "Pourquoi contredire une femme ? Il est tellement plus simple d'attendre qu'elle change d'avis".

C'est vendredi, c'est le Bordel #398

La donzelle de la semaine se nomme Chandler Bailey, fille de Chandler Bing et de David Bailey. Ou pas. Chandler, les gens du blog, les gens du blog, Chandleur. D'un coup, j'ai comme une envie de faire des crêpes, moi.

C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Une belle citation de Restif de la Bretonne (1734-1806) que je vous livre car elle était accolée à cette magnifique image de talons en goguette : «C’est aux femmes de Paris qu’on doit la mode des talons hauts et minces ; elle fut nécessitée par la boue presque perpétuelle de la capitale, un talon mince enlève peu de crottes et en distribue moins au bas de la jupe.», une Joan Collins de qualité et une image sublime de la série "Paysages de Femme" développée de 1961 à 1968 par René Mächler parce qu'ici c'est encore un peu mon blog et j'y fais ce que je veux, comme mettre les choses que j'aime (exemple toujours contractuel).

C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Quelques donzelles estivales en sus avec un peu de blanc de poulette, une soif assez soudaine, une sacrée jolie vue, un sacré paysage et une tente assez tentante.

C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Oui qu'est-ce que c'est, quoi encore ? La parité ? Bon d'accord mesdames et messieurs, voici donc quelques damoiseaux de qualité afin de rétablir l'équilibre et contenter l'ensemble de mes lectrices et lecteurs (je vous vois, coucou).

C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Ils sont frais, mes damoiseaux, ils sont frais, allez-y, y'en aura pas pour tout le monde.

C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Vite, passons à de l'art avec Alexander Vesnin (peintre Russe 1883– 159), ""Composition", vers 1917-18, Josef Albers, "Homage to the Square Apodictic", 1950-1954, Malvina Hoffman, "The Offering", des années 20 et une "Mandoline et Guitare" de Pablo Picasso, 1924.

C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Mais aussi une "Mère et son enfant" d'Edouard Vuillard en 1900 tout rond, Patrick Heron, "Cobalt with Ceruleum and Ultramarine" de juillet 1965 (précis, pointu), des "Affiches à Trouville" de 1906 et de Raoul Dufy et un Sol LeWitt, "Red Lines from the Midpoints of the Left and Right Sides, Blue Lines from the Midpoints of the Top and Bottom sides", comme ça tout est dit, de 1975.

C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Il me restait une "Nature morte et melon" de 1872 de Claude Monet et un hypnotique "Felhoe" de Victor Vasarely de 1989 et c'eut été dommage de ne pas vous en faire profiter alors les voila.

C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Et il est l'heure de passer aux célèbres Messages à Caractères Informatifs de la semaine dédiés à certains, pas à d'autres mais après, comme ils sont désormais vôtres, vous en faites un peu ce que vous voulez.

C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398
C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Et c'est tout pour aujourd'hui sauf si vous voulez vous abonner à ce blog (rescrollez tout en haut de cette page, oui, c'est là), si vous voulez suivre le groupe Après La Pub sur Facebook Allez viendez donc sur Facebook qui vient de dépasser les 2020 membres et au niveau de la cagnotte pour le climatiseur de l'équipe technique au fond de la cave Last call pour la cagnotte des Tamouls, vous pouvez y contribuer une dernière (ou une première) fois. C'est votre choix. Sur ce, bon vendredi ensoleillé, bon week-end un peu mais pas trop alcoolisé et à la semaine prochaine si tout va bien.

C'est vendredi, c'est le Bordel #398

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ewa 05/07/2019 14:50

Mais bien sur qu'on l'aime ton blog , tu l'sais bien, allons! Viens là mon 'tit chat tout mignon, tu l'sais pas que ta mémère elle l'aime tout plein ton pt'it blog d'amour, hein, coquin ? viens là, t'en vas pas, va , viens, là dans mes bras.... et blogue moi jusqu'à la fin du jour.
Il est pas mimi notre Pag-man? La prochaine fois que vous demandez si on l'aime votre blog, je lance une pétition pour qu'il soit fermé, NA! Parce qu'avec + de 2k de cerveaux branchés Bordel, + de 4K de pages enfournées dans les mirettes c'est franchement indécent de poser une pareille question, serait-il pas en train de nous faire une narcissisite aigüe notre génie du verbe?Ou qu'il essaierait par une de ses astuces tordues de nous faire accélérer le recrutement de nouveaux adeptes? Tout est possible, il ne faut exclure aucune hypothèse, ce mec est peut être un mac, en tout cas ,ce qui est sûr c'est que c'est un sacré p... de mec tout court donc PA, fous nous la paix avec tes questions à la con: ton Bordel “ON “(“on“ est toujours le con d'un autre, ne l'oublie pas ), ton Bordel, “ on “ l'aime, lui, nous, moi et les autres, OK?
Reçu?
Merci (et gros patins en prime)
Merci.

PA Gillet 05/07/2019 17:16

Gros poutous itou :)