Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

... Hé bé dites donc... 444 Bordels du vendredi. Si on m'avait dit ça il y a 12 ans, j'aurai signé tout de suite. Signé quoi, c'est une autre histoire mais si on commence à digresser, on n'est pas sorti de l'auberge ni entré au bordel. Bref, nous (enfin, vous) sommes bien vendredi et c'est bien le bordel eud' partout autour de nous alors autant que ce soit un beau bordel ici aussi. À toi, jeune lecteur ou lectrice qui arrive pour la première fois sur ces pages (bon dépucelante à toi), le Bordel du vendredi est constitué d'images vues ça et là pendant la semaine, remisées soigneusement dans un dossier prévu à cet effet et reversées ici au Bordel du vendredi dans un ordre pas cistercien pour un sou, accompagnées d'une sauce gribiche de mots choisis pour faire le lien entre elles. Si c'est possible. oui, c'est possible. Alors ne perdons pas de temps dans ce 444e Bordel (pour le 333e c'est ici et c'était... un dimanche Bordel 333, pour le 222e c'est là Bordel 222 et pour le 111e, c'est ici Bordel 111 et pour tous les autres, c'est là Tous les Bordels depuis le début du Bordel) et allons-y gaiement car on n'est pas là pour tirer la tronche vers la côte belge où après des vagues de dunes comme dernier terrain vague, vous pourrez vous reposer confortablement dans ces magnifiques cabines de plage tout confort à réserver ici Strandweelde

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Après, il est possible que les frimas de la côte belge ne vous plaisent qu'à moitié et que vous ayez plutôt envie de Cucaracha, de Ay Pepito et de mezcal avec ou sans ver dans le verre et là, je vous recommande plutôt de vous rendre en villégiature à l'hôtel Mousai à Jalisco, Mexico, Mexihiiiiiiiiiiicoooo. Car n'oubliez pas qu'à Mexico, Mexihiiiiiiiiiiicoooo sous son soleil qui chante-hiiii, le temps paraît trop court pour goûter au bonheur dé chaqué your. Et c'est toujours ça qu'Emiliano Zapata n'aura pas car il est actuellement occis mais vous, non. 

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Si vous ne connaissiez pas la grande délicatesse du travail de la photographe Selina Mayer (comme dans Veep avec Julia Louis-Dreyfus mais en fait, pas du tout), hé ben ça, c'est fait et il y en a encore plus à voir eud' par là : Selina Mayer Instagram.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Ajoutons un peu de peanuts pour l'apéro car c'est une certitude absolue : quelque part sur Terre, il est déjà l'heure de l'apéro pour certains et il est sûr que votre tour viendra aussi, ha ha ha (rire sardonique, petit doigt sur la lèvre inférieure, caressage de chat blanc touffu à yeux verts).

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Avec toutes ces salles fermées depuis quasiment un an, le prochain Pedro Almodovar The human voice sortira quand il sortira mais il donne vraiment envie surtout si si le film est à la hauteur des décors et du jeu tout en nuances de Tilda Swinton. Vamos todos, ça doit valoir le coup d'œil, señores, señoritas et señoras.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Cette semaine, nous (les cinéphiles, les amateurs de Plus belle la vie et Léo Matteï Brigade des mineurs, vous pouvez disposer) fêtions les 80 ans de la sortie de ce chef-d'œuvre qu'est Citizen Kane de Max Pecas Joel Seria Robert Thomas Franco Nero Orson Welles et je n'ai que deux mots à dire : aaaaaah, Rosebud.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Je profite du fait qu'ici, c'est mon blog et que j'y fais ce que je veux pour rendre un hommage à la plus grande actrice de sa génération, Frances McDormand. Triplement Oscarisée à juste titre pour le magnifique Fargo, l'impitoyable Three billboards outside Ebbing, Missouri et récemment pour Nomadland (pas encore vu mais tout film avec Frances McDormand est excellent alors que tout film avec Eric Roberts peut laisser supposer que vous regardez une belle daube). The boss in jupons.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

D'un monstre sacré à un autre, il y a Linda qui se dit photographe mais c'est tellement facile quand on peut avoir autant de péloches Kodak qu'on veut à l'œil, hein, mademoiselle Eastman (bon, d'accord, c'est pas vrai) ? Alors. Non mais. Et le monsieur, c'est un ersatz moins talentueux de Ray Davies. Kinks forever.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Certes, c'est plus secondaire mais je vous rajoute trois Victoria Principal pour le plais... (non Herbert, ne tente même pas d'attraper ce micro, on ne chante pas, tais-toi Herbert), un Pierce Brosnan de lumière en pleine danse de Saint-Gui après une ingestion peu parcimonieuse de Poppers. Ou des morbaques dans le calbute. En bref, il fait des bonds, James.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Où allons-nous désormais ? Tiens, perdons-nous tout droit dans cette somptueuse image d'Arthur Rothstein intitulée U.S. Highway 30. Sweetwater County, Wyoming et prise vers 1940. Hit the road, mates.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Ajoutons un génie jadis en noir et blanc mais désormais en couleur (toujours incroyable ces recolorisations), une Danielle de Metz qui est une fraude malgré le fait qu'elle ait travaillé avec Hitchcock, Henry Hathaway, Blake Edwards (dans The Party), qu'elle ait été dans les séries Les incorruptibles, The man from UNCLE et Perry Mason car elle est née en 1938 à Paris et c'est facile de s'appeler de Metz et de faire croire qu'on aime Carlo Molinari, Bernard Zénier, Carmelo Micciche, Sylvain Kastendeuch et les PP flingueurs comme ça sans attaches mais les vrais de Saint-Symphorien et de la croix de Lorraine sur maillot grenat savent. Et en guise de schlougnette sur le poktroll (important la schlougnette pour la recette du Poktroll, voir ici Comment faire un bon Poktroll ?), cette délicieuse citation de la non moins délicieuse Diana Dors à qui on demandait pourquoi elle avait pris Dors comme nom de scène : “I suppose they were afraid that if my real name Diana Fluck was in lights and one of the lights blew...”. Tout est dit.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Si on entend beaucoup parler de Napo, Napo, Napoleon ces derniers jours, c'est bien aussi de se souvenir que nous fêtons les 150 ans de la Commune et qu'il y a encore dans plein de villes dont la mienne des rue Thiers, ce boucher de Parisiens et que ça pique fort au niveau de l'occiput.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Que reste-t-il sur les étagères du Bordel du jour ? Voyons... un magnifique Jean le musicien par Juan Gris en 1921, une image de 1929 Johannes Reiher-Wörlitz, Park. Blick zur Felseninsel “Der Stein” oder “Vesuv von Wörlitz”, oui, tout à fait, à vos souhaits et une des raisons pour lesquelles je déambule sur les internets à des heures indues : avoir un coup de foudre instantané comme pour ce buste de Balzac par Auguste Rodin en 1892. Gasp, que c'est beau.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Pas mal aussi, cette clarinette serpent de Thomas Key en 1840, ce Dizzie Gillespie avant sa transformation en hamster génial et si vous avez besoin d'une manucure à ce stade du bordel, c'est là, tout de suite, maintenant et c'est offert par la maison. Grand seigneur, on vous dit.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Nous avons également en rayon une copine de Jeanne Mas mais en noir et blanc pour changer du rouge et noir, une jeune Rita Hayworth toute pitchounette de 1938 et Robert et Nathalie car il paraît que Nathalie est une bonne guide, Na-Tha-Lie, donc suivez la guide, merci. 

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Attention ! Attaque imminente de burger géant intersidéral de l'espace ! Ouf, c'est passé à ça. Vous l'avez échappé(e) belle.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Après cette expérience terrible que nous venons tous de vivre (le burger était sans cornichons), méditons un peu sur notre condition de simples mortels avec cette pause de yoga facile à réaliser chez vous ou au bureau ou chez vous au bureau quand même en pleine réunion Zoom, histoire de mettre l'ambiance.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Tiens, il est l'heure d'ajouter une jolie dose de Saul Leiter, de Johan Cruyff détendu après le match, de guitare de merde et de Maurice White qui nous demande de nous arrêter. Ok, Maurice, keep cool, tout va bien se passer.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Quelqu'un aurait un chouchou à dispo ? Il semblerait que cette demoiselle de dos (au demeurant charmant) ait des problèmes de cheveux alors que franchement, elle le vaut bien. Ne laissons pas de tels drames advenir près de nous sans lever les yeux sur cette misère quotidienne.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Euh, Alain, tu déconnes là. Tu ne veux pas aller avec ta Nathalie, ta Romy ou ta Mireille plutôt que de dragouiller ma Claudia ? Bon, si Claudia est d'accord, alors je vous laisse. Je pars sur la pointe des pattes, tel le guépard que je ne suis pas, salaud mais Alain Delon l'est. Lui.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Jayne, qui a une carte de membre permanente au Bordel pour nous avoir offert le sergent Olivia Benson qui berce nos nuits, Jayne, donc semble avoir envie de s'encanailler avec des amies au son d'une rumba endiablée et n'allez pas croire qu'ici, on va entraver la liberté. Go, Jayne, go.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Passons donc à quelques donzelles toujours les bienvenues au Bordel avec The bodacious Dolores Reed dont le minois plus qu'avenant lui offre amplement une place réservée sur les canapés doux et soyeux du Bordel quand elle veut. Diantre, ces yeux. Blam, direct in love.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Enchainons sur la beauté très actuelle mais assez atypique (malgré les 2m72 de jambes, bien sûr) d'Anne Vyalitsyna. Un physique peu commun et c'est tant mieux d'avoir un peu de caractère en sus.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Et puisqu'on nous invite à aller plus loin, rajoutons un petit patchwork de donzelles éparses de qualité avec l'irremplaçable Kitten Natividad (rien que son nom est une aventure), Julia Frauenrath, Julia, les gens du blog, les gens du blog, Julia, une diablesse fort amène, un peu de lecture pour les nuits d'été, un peu d'activité en prime et un bon bain après ça. Bon, ben on peut mourir après ça. Le plus tard possible, mon Jean-Mimi.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Vite, passons à de l'art de qualité avec Iridescence par Andrey Avinoff en 1925, une splendeur d'Elisabeth Tomalin dont j'ai eu la flemme de chercher le nom en fin de rédaction du bordel (j'avoue, comme disent les djeunz) et un Landscape with a Blue Pool de 1967 et de Derek Jarman s'il vous plaît. Et s'il ne vous plaît pas, la porte est par là-bas.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Ajoutons une sublime sculpture d'Enric Mestre, un Ace on 1st de 2013 par Isaac Brest (qui, malgré son nom n'est pas breton mais américain) et White Lines par Irene Rice Pereira en 1942, année pas trop érotique mais après, ils suffit de pas grand chose pour allumer le f... non Johnny, c'est fini, on ne beugle plus. Tu es décédé, là.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Oui Princesse ? Des Messages à Caractères Informatifs ? À vos ordres, Princesse. Vos souhaits sont des désirs ou est-ce l'inverse, je ne sais plus, je suis tout troublé, ça doit être la Force de vos macarons 5G.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Puisqu'on ne refuse rien à une princesse de rang, voici donc les Messages à Caractères Informatifs de la semaine que vous pouvez lire tout en fredonnant un peu de John Williams dans la tête, c'est pas interdit mais pas requis non plus. Benny Hill, c'est possible aussi.

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
C'est vendredi, c'est le 444e Bordel

Et c'est tout pour aujourd'hui mais n'oubliez pas que le but de ce Bordel est globalement de ne pas faire de mal pendant sa lecture et si vous avez des amis qui pourraient aussi en profiter, n'hésitez pas à le partager avec eux. Vous pouvez aussi vous abonner à ce Bordel touuuuuut en haut dans la case Newsletter, suivre ce Bordel sur sa page Facebook eud' là Rejoignez Après La Pub sur Facebook et j'en profite pour remercier les nombreux contributeurs et contributrices qui ont participé à la cagnotte lancée par Samuelle, fidèle lectrice car grâce à vous, anonymes ou non, j'ai un ordinateur de 2012 qui tourne désormais comme un ordinateur de 2021 avec son nouveau disque dur plein de Teras, son ventilateur qui déchire sa race et ça fait quand même du bien de ne plus entendre ce lancinant sifflement pas du tout Morriconesque. Alors merci, la nuque, respect. Sur ce, c'est pas tout mais le déconfinement est là au bout de nos doigts tout pâles et on va pas traîner alors bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine. 

C'est vendredi, c'est le 444e Bordel
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

hugo sinteuil 11/05/2021 18:13

super