Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le Bordel #478

... Chères toutes, chers tous, je vous prie de bien vouloir m'excuser pour ce silence long comme une pièce de Saint-John Perse quand on a douze ans mais j'avais d'autres chats à fouetter, une famille à soutenir et comprenez que le Bordel du Vendredi était assez accessoire par rapport à tout ça. J'ai néanmoins senti poindre en vous une sorte de manque (bande de drogués) et ai convenu avec moi-même (en accord avec mon Moi profond, mon nombril et mon charcutier) qu'il serait temps de réouvrir les vannes du Bordel afin de vous offrir ce Bordel n°478 qui n'a que trop trainé. Et comme j'ai encore lâché 50 boules pour renouveler mon abonnement Premium chez Overblog, autant que ça serve. Alors voici (roulements de tambours), le Bordel du Vendredi n°478 que vous ne manquerez pas de partager avec pleins d'amis autour de vous pour célébrer son retour. Autant donc y aller sur les chapeaux de roues et pour ce faire, je vous propose d'enfourcher au choix cette délicieuse Mopetta bleue de la marque Brusch ou ce sacrément choucard Jawa 354 dit "Nanuk", engin tchécoslovaque des années 1960. Vraoum tchatchatcha, comme disait Muriel Moreno qui n'aimait pas que son beau bateau contrairement à son illustre prédécesseur fan d'opérette et de la capitale du Mexique.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Non parce que c'est important d'avoir un bon moyen de locomotion pour avancer dans le Bordel et se rendre dans cette étonnante maison dont je n'ai pas réussi à trouver la localisation mais qui dépote sévère quand même au niveau de la qualité du design, convenons-en. On en convient ? Bien.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478

SI vous préférez le moderne, n'hésitez pas à vous prélasser dans cette petite bicoque sans chichis, sise quelque part sur Terre car là aussi, aucune indication alors disons qu'elle est à Nogent-le-Rotrou si ça vous arrange. Mais ça peut être Nogent-le-Faye ou Nogent-le-Perreux et même Nogent-le-Roi si vous avez des tendances monarchiques qui vous démangent. Riton de Lesquen, on pense à toi. Versailles en force.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Je vous pose une bombe là. Nulle intention de tout faire péter mais cette Autobianchi A112 Abarth de 1975 avec son moteur 1.1 litre et 70 chevaux n'a pas meilleur qualificatif et puis le Bordel est long alors autant être convenablement motorisé.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Dans le cas où vous souhaiteriez un côté plus suranné pour vous déplacer, vous savez bien qu'au Bordel du Vendredi, tout est possible et que l'équipe technique au fond de la cave est en train de vous sortir du lourd. Plus exactement la tonne cent de la Peugeot 402 de Jean Andreau en 1936. Gasp, quel galbe, quelle ligne, quelle beauté.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Ou plus près de nous (sans mon dieu) par la même marque, je vous propose la ligne futuriste de la Peugeot 406 Toscana de 1996, basée sur la Peugeot 406 de Pininfarina mais vu le nom, on s'en doutait un peu. Présentée au Salon de Genève, la Toscana restera dans les cartons mais vous pouvez en profiter, sauter dedans et poursuivre votre route dans ce Bordel avec elle. Ça nous fait plaisir, c'est cadeau.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Bon allez, tout de go ajoutons un Baby vraiment baby, une liste de courses des années 40, un espace de lecture de toute beauté et un meuble de coin de la marque suédoise Drawers, vers les années 1800, ce qui prouve qu'on s'occupait déjà des coins orphelins à l'époque et ça, c'est bien.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Et si vous avez un commentaire à faire sur le début de ce Bordel, n'hésitez pas à en faire part à John Belushi à qui ça en touchera l'une sans secouer l'autre.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Si vous privilégiez les transports en commun, vous pouvez toujours mais c'est à vos risques et périls et y'a encore du chemin dans ce Bordel. On dit ça (en Tamoul dans la cave), on dit rien.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Passons à Bo Diddley qui a une folle envie de poulet frit, Cary Grant qui vous attend pour une partie d'échecs, une Leone, une lionne et des copains et Sam Peckimpah, Steve McQueen et Ali MacGraw en 1972 sur le tournage de Get-Apens, ces petits chenapans.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Mais il est possible aussi, tout l'est dans le Bordel du Vendredi, de commander un acteur muet anglais avé la classe et d'obtenir immédiatement Ronald Colman en 1926 dans La conquête de Barbara Worth que vous avez évidemment vu et vous savez même que c'est le tout premier film du jeune Gary Cooper, l'inventeur de la Mini éponyme, ah, on me dit dans la cave que non alors enchainons avec le couple le plus talentueux de l'histoire de la littérature et de la poésie réunis et Britt Ekland toute bronzée et bagouzée parce qu'après tout, hein, pourquoi pas.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Ouais, c'est du balèze le Bordel du Vendredi, je vous le fais pas dire mais Kurt n'en pense pas moins.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Poursuivons avec Lemmy et Samantha "Touch me, touch me now" Fox en pleine séance et faudra investiguer pour savoir si ça a donné quelque chose cette affaire, W. Averell Harriman, ambassadeur américain en URSS qui a eu la bonne idée d'accepter en aout 45 ce magnifique cadeau d'élèves d'une école moscovite avant de découvrir sept ans après que des micros y étaient cachés, un Adam sans feuille de vigne mais par Mario peu Sorrentino, excusez du peu et puis, si ça ne vous plaît pas, voyez ça avec Clint et son katana.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Un test de garde-robe pour un Hitchcock en préparation ? Consider it done. Une jeune Jeanette Helen Morrison née le 6 juillet 1927 plus connue sous le nom de Janet Leigh ? Demandez, vous serez exaucé(e). Une Kim Novak ingénue ? Vendu. L'entrée du bal Tabarin à Montparnasse par Brassaï en 1950 ? Ah ah, hop, et voilà. Un Coca bien frais par Alfred Eisenstaedt à Roadside, Atlanta, Georgie en 1936 ? Fingers in the nose.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Vous voyez, on n'arrive pas à prendre le Bordel du vendredi à défaut. Tiens, rajoutons même Michelle Pfeiffer avec son gros engin (rassurez-vous, elle n'a pas changé de sexe), Vincent Price en plein baveux (il va conclure), Winona Ryder, Jodie Foster et Julia Roberts en 1989 parce que je fais ce que je veux ici vu que c'est mon blog et si vous avez des commentaires à faire, Dolly est toute à vous. Mais respectueusement.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Nonobstant l'évidente qualité artistique de ces images, je ne me souviens plus si j'avais mis de côté cette série de Laura Lee, bassiste du groupe Khruangbin (que j'avoue ne pas connaître) photographiée par Anthony Pham pour une autre raison que de pourrir votre journée avec : Pham, Phaaaham, simplement j'te dis que j't'aime, j't'aiiiiiiiime (oui, je suis un salaud, j'assume).

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Et si ça ne vous pl... aaaaaaaaaaaaaaaah, non, rien.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Si vous souhaitez vous poser un instant dans ce Bordel du Vendredi bien rempli, je vous recommande de suivre l'exemple de Jason dont la conversation est certes, limitée mais qui ne manque pas de charisme pour autant.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Allez, je vous mets même un peu de musique pour détendre l'atmosphère. "Pham ! Phaaaahaaaaam". De rien.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Un petit verre pour faire passer ? C'est comme si c'était fait.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Un dénommé O'Conor a commis ces trois images qui m'ont sauté dans l'œil mais si elles vous intéressent et que vous avez Internet pour lire ce Bordel du Vendredi, nul doute que vous trouverez d'autres infos sur lui.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Ah, il semblerait qu'Eve Kendall (Eva Marie Saint dans La mort aux trousses d'Hitchcock) ait besoin de votre concours car elle a distraitement oublié son briquet Bic dans le Uber qui la menait au train, alors si quelqu'un avait l'obligeance de lui offrir du feu, ce serait fort civil de la part de ce quelqu'un qui, précisons-le, peut aussi être une quelqu'une.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Deux gifs et un combat épique et d'une extrême violence (âmes sensibles, détournez le regard) entre Super Broccoli et Super Coccimarket et on y retourne.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Car, bon, qui est là ? Pier Angeli, tout de même. Ça ne se loupe pas.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Un peu comme Sera Mann qui est arrivée sur son gros cube et à qui toute l'équipe technique n'a pas eu le cœur de refuser une participation au Bordel du Vendredi pour des raisons strictement hétérosexuelles. Welcome Sera. Et comme Que Sera sera, tu peux donc revenir.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Vite, passons à de l'art avec une petite moisson mais une moisson de qualité dont Jan van Tongeren, "Still life with a mortar, garlic and a bottle", 1970, Josef Alberts, "WEG VI from White Embossings on Gray (WEG)", 1971 et Joseph William Malloy Turner, "Luzern moonlight" vers 1842-43 sont de dignes représentants.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Et il est temps de passer aux Messages à Caractères Informatifs qui ne vous ont que trop manqués alors c'est pas tout mais comblons le trou, pardon, le vide et allons-y gaiement car on n'est pas là non plus pour faire la tronche en tortillant du cul sur place.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478
C'est vendredi, c'est le Bordel #478

Et c'est tout pour ce Bordel de rentrée n°478 mais n'oubliez pas qu'un Bordel partagé avec un ami équivaut à un Bordel gratuit la prochaine fois et c'est une offre à ne pas négliger si j'étais vous mais je ne le suis pas car je suis en train d'écrire ce Bordel et vous, non. Si ça vous chante comme disait Bianca Castafiore, vous pouvez vous abonner à ce blog dans la case "Newsletter" tout en haut de cette page ou suivre Après la Pub et le Bordel du Vendredi sur Meta Facebook sur le groupe dédié à cette tâche ici Après La Pub, le groupe Facebook (viendez). Sur ce, c'est pas tout mais on va pas faire de rappels non plus alors bon vendredi, bon week-end et à la prochaine.

C'est vendredi, c'est le Bordel #478
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
On l'a longtemps attendu, il est enfin viendu! Pour du beau bordel, c'est du beau bordel, bien dense avec plein de machins partout qui chatouillent dans l'intérieur de ta tête. Et une tournée de Twix pour tout le monde (avec du Banga!).
Répondre
J
Quel retour en fanfare. Merci pour cette nouvelle livraison.<br /> On est jamais déçu sauf quand y'en va plus.
Répondre
F
Merci pour ce Bordel bien attendu ! <br /> Concernant la première maison pour ceux que ça intéresse, elle se trouve ici : <br /> <br /> https://www.google.com/maps/place/Villa+Gaverzicht/@50.8900411,3.439131,15z/data=!4m5!3m4!1s0x0:0x92bf0b35d3b8c754!8m2!3d50.8900389!4d3.439131
Répondre
M
Sur le coup je m'étais mis à la morphine base.<br /> <br /> Mais là je vois que ce n'étais qu'un produit de substitution
Répondre
I
Moi à la Tourtel, ça marche pas non plus
P
:))))) Fallait pas, voyons. Content d'aider...
E
Magistral retour! Merci...
Répondre
P
Avec plaisir, Eric.